Effectuer une recherche sur le site

Glossaire

Connaître les différents termes relatifs à l'aménagement numérique des territoires

2G

Cet acronyme désigne le réseau mobile GSM pour Global System for Mobile communications qui a été ouvert en France en 1991. Toujours en service, il apporte simplement le service voix, l'échange de SMS et un service de transmission de données à bas débit (28,8kbit/s) via le protocole GPRS. Avec l'arrivée de Bouygues Télécom en 1996 qui a déployé la technologie DCS1800, la qualité de la voix a été améliorée.

3G

Cet acronyme désigne le réseau mobile UMTS pour Universal Mobile Telecommunications System qui a été ouvert en France en 2005. Il a apporté la possibilité d'accéder à l'internet avec des débits de quelques Mbit/s. Quelques améliorations techniques ont par la suite augmenté les débits proposés au-delà de 10Mbit/s pour une offre commerciale dénommée 3G+.

4G

Cet acronyme désigne le réseau mobile LTE Advanced (Long Term Evolution) qui a été progressivement ouvert en France de fin 2012 à début 2013. Outre qu'il propose un service voix de grande qualité (pour les opérateurs qui ont mis en service cette possibilité), les débits d'accès à l'internet sont dix fois supérieurs à la 3G+. Les opérateurs ont depuis enrichi leur offre avec la 4G+ qui peut dépasser 100Mbit/s. En zone mal couverte par l'ADSL, les opérateurs proposent des offres d'accès fixe sur ce réseau.

5G

Cet acronyme désigne une norme de réseau mobile qui n'est pas encore complètement arrêtée. Des expérimentations sont actuellement conduites dans le monde et en France en particulier, dans des Métropoles. Le saut technologique que ce réseau permettra par rapport au 4G est considérable : les industriels annoncent des débits 20 fois supérieurs, des temps de latence divisés par 10, mais prendra aussi en charge les milliards d'objets connectés pour les applications d'IoT (internet des objets).

ADSL

Asymmetric digital subscriber line, ligne numérique asymétrique d’abonné. Technologie de communications électroniques utilisée pour la desserte. L’ADSL s’appuie sur la boucle locale téléphonique. Les fréquences utilisées sont différentes de celles utilisées pour le transport de la voix, ce qui permet aux deux signaux de cohabiter sur une même ligne. L’ADSL2+ est une évolution de l’ADSL offrant des débits plus élevés.

AMII

Appel à manifestations d'intentions d'investissements. La zone AMII, ce sont 3 600 communes environ dans lesquelles des opérateurs privés, Orange et SFR, se sont engagés, en 2011, à déployer, sur leurs fonds propres, d'ici 2020, des réseaux de communications électroniques à très haut débit en fibre optique (FttH) suite à l'appel à manifestations d'intentions d'investissement (AMII) lancé par l’État en 2010 dans le cadre du programme national pour le très haut débit. En 2018, après négociations, les deux protagonistes ont modifié à la marge la répartition entre eux des communes qu'ils doivent couvrir et ils ont renouvelé leurs engagements dans le cadre de l'article L33-13 du Code des postes et communications électroniques.

API

Application Programming Interface. Possibilité d’accéder à des fonctionnalités (dans le détail) depuis un logiciel ou service tiers, là où un logiciel fournit un bouquet de fonctionnalités accessibles uniquement depuis son interface dédié. On peut la considérer comme un outil de partage en ligne et un moyen de déporter la charge de calcul du terminal vers des serveurs distants.

Atténuation

(ou affaiblissement). Phénomène physique par lequel la puissance des signaux propagés sur un support diminue avec la distance. Dans le cas des technologies DSL (support : fils de cuivre) ou des technologies radio, l’atténuation est très marquée, ce qui limite la portée et le débit. Pour la fibre optique, l’atténuation est moindre mais suffisante pour avoir un réel impact sur l’ingénierie des réseaux FttH en limitant à une quinzaine de kilomètres environ la longueur des lignes des abonnés.

BIM

Building information model/management. Partage d’informations fiables tout au long de la durée de vie d’un bâtiment ou d’infrastructures, de leur conception jusqu’à leur démolition via une maquette numérique 3D, représentation digitale des caractéristiques physiques et fonctionnelles de ce bâtiment ou de ces infrastructures et une suite de processus ou méthodes de travail communs à tous les intervenants sur le projet.

Bit par seconde

... ou bit/s. Unité de mesure des débits dans les communications électroniques. Un bit désigne l’élément de base de l’information numérique : il peut prendre la valeur 0 ou 1. On emploie généralement les multiples kilobit par seconde (kbit/s) et mégabit par seconde (Mbit/s). Un débit de 2 Mbit/s signifie que 2 millions de signaux sous forme de 0 ou de 1 sont transmis en une seconde.

BLE

Bluetooth basse énergie. C’est le réseau radio de proximité (quelques mètres) déjà largement utilisé pour les applications grand public (oreillette, casque audio, téléphone mains libres en voiture,…).

BLOD

Boucle locale optique dédiée : réseau optique antérieur au déploiement du FttH qui dessert les entreprises par une fibre optique reliant directement celles-ci au site de l'opérateur. Autre acronyme pour désigner cette infrastructure : FttO.

BLOM

Boucle local optique mutualisée : acronyme utilisé dans certain texte par l'Arcep pour désigner le FttH.

BLR

Boucle Locale Radio : au début des années 2000, des opérateurs ont proposé des réseaux radio fixe fonctionnant dans la fréquence 26GHz qui a fait l'objet d'attributions de licences. Ces réseaux constituaient une solution alternative au cuivre, pour fournir des services haut débit principalement aux entreprises.

Bon haut débit

Le gouvernement français a proposé cette définition en 2018 assorti d'un engagement à ce que tous les français en dispose au minimum en 2020 : il correspond à un débit descendant d'au moins 8Mbit/s.

Boucle locale téléphonique

Partie du réseau téléphonique située entre le répartiteur téléphonique et les locaux raccordés. La boucle locale téléphonique est notamment constituée de câbles de paires de cuivre torsadées.