Bilan des opérations de montée en débit sur cuivre au T1 2020

Montée en débit du réseau cuivre vs déploiement du FttH

Rythme trimestriel de mise en service de NRA-MeD

 

A l'heure où toute l'attention des acteurs et du public se porte sur le déploiement du FttH et ses possibles évolutions, subies ou attendues, sur fond de crise sanitaire, il se trouve encore des territoires qui voient leur offre xDSL améliorée par la mise en service de NRA-MeD (NRA pour « nœuds de raccordement d’abonnés », MeD pour « montée en débit »).

C'est ce qu'indique en effet la dernière livraison trimestrielle du fichier PODI (pour « paires occupées en distribution ») tenu à jour par Orange et diffusé sur son site.

Dans la liste des NRA (de toutes sortes) ainsi recensés en avril 2020, on compte encore 80 mises en service de NRA-MeD pour les 3 derniers mois.

La carte ci-dessous en présente la localisation, aujourd’hui restreinte à quelques départements.

NRA-MeD mis en service durant le premier trimestre 2020
NRA-MeD mis en service durant le premier trimestre 2020

 

Un peu d'histoire

Dans les années 2000, le processus de déploiement massif de l'ADSL a mis en évidence que, même dans des villages ou des hameaux où le téléphone fixe fonctionnait, il se pouvait que l'ADSL reste inaccessible. La raison de cette absence de service dans ce qu'on a commencé à appeler des « zones blanches » était que les lignes téléphoniques étaient trop longues : elles s’étendaient au-delà de la distance maximale des 6 km et pouvaient atteindre jusqu’à 10 km pour les locaux les plus isolés.

Pour rendre ces locaux éligibles à l'ADSL, la solution technique était simple : raccourcir les lignes en rapprochant les DSLAM des locaux, d'entreprise ou d'habitation (pour plus d'informations sur les principes techniques, voir https://ant.cerema.fr/ressources/point-sur-la-montee-en-debit-sur-cuivre).

En réponse à la demande des usagers ainsi privés de connexion à l'internet, Orange a rapidement proposé aux collectivités (communes, Départements et même Régions) une solution commerciale libre, dénommée NRA-ZO (ZO pour « zone d'ombre »). L'opération consistait à doter un sous-répartiteur (SR devenu NRA-ZO) de son propre DSLAM. Pour ce faire, Orange proposait de raccorder le NRA-ZO à son NRA d'origine au moyen d'une liaison de type modem utilisant les paires de cuivre du réseau existant.

Cette option technique avait pour principal inconvénient de limiter le débit disponible sur la liaison à quelques Mbit/s, ce qui, par conséquent, contraignait Orange à limiter à 2Mbit/s le débit par abonné ADSL ainsi desservi et excluait de fait tout service de télévision. Mais elle permettait d'économiser une somme importante en évitant la construction de génie civil enterré et la pose d'un câble de fibres optiques.

Il subsiste encore aujourd'hui quelques 1800 NRA-ZO dont une part non négligeable (plus de 400) a bénéficié, dans le cadre du Plan France THD, d'un raccordement en fibre optique au NRA d'origine, ce qui a apporté un surcroît de débit et l'offre triple play aux abonnés concernés.

 

L'Arcep intervient : création de l'offre PRM

 NRA-ZO à Plaisians (26)

Pour faire baisser le coût de ces opérations, l'Arcep a demandé à Orange de bâtir une offre industrialisée soumise à un tarif et des modalités de commercialisation encadrés, pour tout ce qui concernait notamment la pose d'une armoire de rue dédiée et les travaux de câblage sur le réseau cuivre existant.

NRA-ZO à Plaisians (26)

 

Cette offre dite PRM (pour « point de raccordement mutualisé ») s'est substituée à l'offre NRA-ZO. Initialement dotée de critères d'éligibilité par le régulateur, de sorte à garantir l’utilité publique d’investissements réalisés par les collectivités, elle n'a cessé d'évoluer au fil des années, notamment pour bénéficier à des sites de plus en plus petits.

On dénombre aujourd'hui quelques 4600 NRA-MeD créés dans le cadre de l’offre PRM, dont un peu plus de 4000 ont été financés dans le cadre du plan France THD.

 

Orange crée de nouveaux NRA sur ses fonds propres

Sur ses fonds propres, Orange a amélioré son réseau cuivre en mettant en service, toujours au niveau des SR, de nouveaux NRA dits HD (pour « haut-débit »). Ils ont notamment permis d'éliminer quelques centaines de gros multiplexeurs du réseau téléphonique (ou G-Mux) qui, en groupant plusieurs abonnés au téléphone sur les mêmes paires de cuivre, interdisaient le fonctionnement du xDSL. De tels NRA ont aussi été installés pour apporter un meilleur débit aux entreprises, dans des zones d'activité excentrées, ou pour desservir des zones nouvellement urbanisées. Il en existe à ce jour un peu plus de 1700 identifiés comme tels dans le fichier PODI.

 

Les NRA historiques

Les autres types de NRA que l'on trouve dans le fichier PODI se répartissent globalement en :

  • NRA-CAA pour « centres à autonomie d'acheminement » (les commutateurs du réseau téléphonique commuté), au nombre de 316 ;
  • et NRA-CL pour « centres locaux » (étages d'abonnés déportés desdits CAA et anciennement dénommés « classe 4 »), lesquels correspondent aux NRA pré-existants à toutes les opérations de montée en débit et sont au nombre de 12 630.

Le nombre de nœuds de raccordement d’abonnés est donc passé pour la métropole et l'outre-mer d'environ 13 000 NRA historiques, avant l'arrivée de l'ADSL, à plus de 21 000 aujourd'hui.

 

La situation nationale d'avril 2020

En écho à la carte introductive localisant les opérations de montée en débit des trois derniers mois, la carte ci-dessous montre la répartition foncièrement inégale des différents types de « nouveaux » NRA sur le territoire métropolitain.

Il en ressort assez nettement que les commandes publiques, d'abord de NRA-ZO puis de NRA-MeD, ont fait l'objet de décisions politiques très différenciées selon les territoires.

NRA HD, ZO et MeD en métropole
NRA HD, ZO et MeD en métropole

Taux de couverture FttH à la commune au T4 2019

Taux de couverture FttH à la commune au T4 2019

 

A comparer cette carte avec celle des taux de couverture FttH à la commune (voir www.cartefibre.arcep.fr), on mesure mieux encore la diversité des choix d’investissement opérés au plan local.

Certains départements qui avaient eu un recours important aux NRA-ZO ont poursuivi en commandant des NRA-MeD, quand d'autres ont renoncé à la montée en débit pour déployer la fibre. D’aucuns qui n'avaient pas commandé de NRA-ZO ont eu massivement recours au NRA-MeD et n'ont toujours pas déployé de FttH. Enfin, d’autres ont décidé de recourir successivement à la montée en débit puis au déploiement du FttH.

Pour aller plus loin, en Octobre 2018, le Cerema a publié un article techniquement plus approfondi sur ce sujet de la montée en débit du réseau cuivre. Il est consultable sur notre site.