Visite en images : réseau fibre optique dans un immeuble ancien

publié le 21 juillet 2007 (modifié le 21 novembre 2007)

Présentation en photos du câblage optique dans les parties communes d’un immeuble ancien.

Nous vous proposons de visualiser ce que représente, concrètement, le câblage FTTx interne dans les parties communes des immeubles, depuis la pénétration dans l’immeuble jusqu’au début du cheminement des câbles à travers les étages.

Deux visites ont été réalisées. Cet article présente la visite d’un immeuble ancien avec une demande assez limitée. Un second article présente la visite d’un immeuble récent et avec une demande plus forte.

Les deux immeubles se situent à Paris.

Pénétration depuis les égoûts Pénétration depuis les égoûts - Limite domaine public

Le réseau de fibre optique pénètre dans l’immeuble par les égoûts, au niveau de l’ovoïde, au sous-sol. L’ovoïde contient la limite entre domaine public et domaine privé, matérialisé par le panneau bleu et blanc visible sur la photo de droite.

Note : pour des détails sur le raccordement depuis les égoûts, voir l’article relatif à l’immeuble neuf.

_

Pénétration depuis les égoûts Cheminement des câbles dans le sous-sol

Sur la photo de gauche, on distingue le câble optique de l’opérateur alternatif (câble noir et bleu), et les câbles cuivre du réseau de France Télécom (câbles noirs). Ces derniers arrivent dans l’immeuble non pas par les égoûts, mais par des fourreaux placés sous la voirie.

Les câbles cheminent ensuite au plafond du sous-sol, parmi les autres réseaux (eau, chauffage…). Une des difficultés, pour les réseaux optiques, est de trouver un cheminement compatible avec les rayons de courbure maximum que peuvent supporter les fibres optiques. Cette contrainte complique la pose de réseaux optiques dans les bâtiments. Pour y remédier, certains fabricants développent de nouveaux types de fibres optiques, plus souples (plastique) ou supportant des rayons de courbure plus élevés sans augmentation majeure des pertes de puissance lumineuse.

_

Boîtier de connexion

Le câble de l’opérateur vient desservir un boîtier de connexion d’immeuble, duquel peuvent repartir plusieurs câbles, par exemple pour desservir les différents étages.

A l’intérieur du boîtier, on trouve des cassettes d’épissure. Dans chaque cassette, il est possible de réaliser un certain nombre de connexions de fibres ; ici, on voit que 4 connexions ont été réalisées (petits éléments orange et bleu, en haut à gauche de la cassette supérieure). Cela signifie que sur l’ensemble des fibres qui constituent le câble pénétrant dans l’immeuble, seules 4 sont utilisées pour desservir les clients de l’immeuble.

Les fibres utilisées repartent ensuite du boîtier, au sein de câbles.

En fait, il n’y a ici qu’un seul abonné dans l’immeuble, pour cet opérateur. C’est pourquoi on ne trouve qu’un seul câble en sortie du boîtier (câble blanc, en haut du boîtier). Le câble est lové autour du boîtier, afin de conserver une réserve de longueur suffisante en cas de besoin (déplacement du boîtier, intervention sur le câble nécessitant une surlongueur…).

_

Vers la colonne montante Vers la colonne montante

Le câble de desserte interne de l’immeuble se dirige ensuite vers la colonne montante, qui donne accès aux différents étages.

Pour accéder à la colonne montante, il faut utiliser le percement existant, dans le plafond du sous-sol, ou bien, s’il est déjà saturé, percer à nouveau.

Cette opération, bien que techniquement relativement simple, peut être bloquante ou du moins entraîner des délais importants dans le raccordement d’un client : il est en effet nécessaire d’obtenir l’accord de la copropriété pour percer.

_

Colonne montante

L’immeuble est ici équipé d’une gaine plastique qui monte à travers les étages. Probablement posée initialement par un câblo-opérateur, elle est aujourd’hui utilisée pour passer divers réseaux (câble, téléphonie, fibre optique…). La question de la propriété et de la gestion de cette gaine est un des points clefs du bon fonctionnement de la concurrence dans les immeubles : il faut en effet que les conditions d’accès à cette infrastructure soient neutres, transparentes et non discriminatoires, afin que différents opérateurs puissent amener leurs services aux clients présents dans l’immeuble.

_

Flux RSS des commentaires
Commentaires sur l'article
  •  Réfection de colonne dans un immeuble d’habitation ancien, par Michel fibiani , le 25 juin 2009 à 17h49

    Je représente le conseil syndical d’un immeuble ancien situé en centre ville de Lyon.
    L’AG des copropriétaires a décidé la réfection complète de la colonne montante EDF.
    Nous souhaiterions éviter la multiplication des goulottes en parties communes et je vous remercie de me faire connaître s’il est possible de prévoir l’installation d’une seule goulotte générale pour les courants faibles : câble, téléphone, interphone, fibre optique …
    Si cela était autorisé, quelles en seraient les conditions en particulier sur le compartimentage de la dite goulotte.

    salutations

    Michel Fibiani

    •  Réponse à Michel, par François Péron , le 22 septembre 2009 à 22h46

      Cher Michel

      La fibre optique n’est soumis a aucunes contraintes electromagnetiques, du fait de la nature meme du signal guidé (signal optique)
      De ce fait vous pouvez aussi bien utiliser les goulottes de courants forts que celles de courants faibles.
      Les contraintes sont purement mécaniques, rayon de courbure notamment.

      Cordialement
      F.