Opérateurs régionaux alternatifs

publié le 6 décembre 2017 (modifié le 5 février 2018)

Certains d’entre eux sont improprement appelés "opérateurs locaux" car ils ont bâti des offres nationales à partir des différentes zones dans lesquelles ils opèrent des réseaux, comme Adenis, ADISTA, Alsatis, Bretagne Telecom, Celeste, Diatem, Fullsave, Hexanet, Jaguar Network, LaSoTel, Nerim, Netalis, Neuronnexion, Ovea, PacWan, Via Numerica. D’autres ne sont présents que sur une agglomération comme ASC à Mougins EuraFibre à Lille, IT-TEK à Nantes, Izarlink à Bayonne Izzycom à Quimper, Muona à Lyon, Quantic à Rouen, , TechCrea à Valenciennes, …. Par la souplesse de leur organisation, ils apportent à leurs clients conseil, proximité et réactivité en cas d’incident, et proposent toute une palette de services sur mesure pour les TPE-PME en premier lieu. Pour connaître le détail de leurs offres de services, consultez leurs pages WEB.

Certains des principaux opérateurs régionaux se sont regroupés en association, l’AOTA, pour mieux se valoriser auprès de la sphère économique et publique. Ils sont également capables de répondre de façon commune à des appels d’offres privés et publics, offrant ainsi une réelle alternative à Orange et SFR pour les TPE, PME et ETI implantées dans les territoires.

Attention toutefois à bien se renseigner : certaines sociétés (intégrateurs, vendeurs de solutions bureautiques, etc) disposent d’une licence opérateur ARCEP mais ne sont que des opérateurs virtuels, c’est-à-dire sans infrastructure propre. Pour produire le service opérateur, ils font appel à des intermédiaires de type « opérateur-agrégateur » qui se chargent de produire techniquement le service vendu, lequel est simplement commercialisé, facturé et assuré par l’opérateur virtuel local.

Retour au sommaire