La France mauvaise élève du numérique ?

publié le 8 avril 2016

La Commission européenne vient de publier les résultats de l’édition 2016 du DESI, pour Digital Economy and Society Index, l’Indice relatif à l’économie et à la société numérique. Une photographie à un instant T, qui demande toutefois à être décryptée pour comprendre les raisons des éventuels retards.

Si l’on s’en tient au constat, avec une note générale de 0,51 sur 10, la France fait figure d’élève médiocre dans ce classement : elle occupe la 16 ème place sur les 28 États de l’UE, en recul de deux positions par rapport à l’an dernier. Le Danemark, les Pays-Bas, la Suède et la Finlande caracolent en tête alors que la France est rangée dans la catégorie des pays « en retard ».

Sans surprise, c’est le très haut débit qui affecte ainsi négativement les résultats français. En effet, si le pays peut afficher une couverture intégrale pour le haut débit fixe (ADSL sur cuivre), il dégringole à la 26 ème position (sur 28) pour le très haut débit, avec seulement 45 % du territoire couvert contre 71 % en moyenne européenne. Le taux de pénétration du THD est également très faible : seulement 15 % des abonnés au haut débit optent pour le très haut débit, soit à peine la moitié de la moyenne de l’UE.


classement européen 2015/09 (format pdf - 427.1 ko - 08/04/2016)

C’est en ce qui concerne les entreprises, les PME en particulier, que les résultats de la France sont les moins bons. Un constat préoccupant, mais qui vaut néanmoins pour toute l’Europe puisque la France est ici dans la moyenne de l’UE.

Pour les ménages, même constat. La France est bonne dernière du classement pour les réseaux sociaux, et 26 ème pour les appels vidéo. En revanche, les Français occupent la première place pour ce qui est de regarder la télévision et les vidéos en ligne.

Enfin, nos services publics en ligne se portent plutôt bien, avec un 13 ème rang honorable – en recul toutefois de deux places par rapport à l’année dernière. Pour ce qui est du nombre d’internautes utilisant les services en ligne des administrations, la France fait partie des meilleurs, avec 48 % d’utilisateurs contre 32 % en moyenne européenne.

Pour en savoir plus : La Gazette des Communes : Club Techni.cités